Jérémie - AMS 68

Une année sur l'île d'Amsterdam

À propos

Je suis Jérémie Boutoille, étudiant à l’INSA de Toulouse et actuellement en stage de fin d’études (je travaille sur la sécurité des hyperviseurs pour ceux que ça intéresse).

Je pars dans le cadre d’un volontariat au service civique mandaté par l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV), sur une base scientifique dans l’une des terres les plus isolées au monde. Situé au beau milieu de l’océan Indien, le district de Saint-Paul et Amsterdam est rattaché aux Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Comme son nom l’indique, le district est composé de deux îles : Saint Paul et Amsterdam.

L'île d'Amsterdam vue du ciel (source : IPEV) L'île d'Amsterdam vue du ciel (source : IPEV)

L'île Saint-Paul à 85km au sud (source : IPEV) L'île Saint-Paul à 85km au sud (source : IPEV)

La base scientifique, Martin de Viviès, est située sur Amsterdam (environ 60 km2). Saint Paul n’est pas habitée. La base est autonome en électricité et en eau potable. Le ravitaillement en vivres est assuré par bateau.

Justement, le bateau est le seul et unique moyen de transport pour se rendre sur Amsterdam. Le Marion Dufresne, affrété par l’IPEV, effectue quatre rotations par an depuis la Réunion vers les 3 districts austraux : l’archipel de Crozet, les îles Kerguelen et enfin Saint-Paul et Amsterdam (dans cet ordre).

Le Marion Dufresne et son hélicoptère (source : IPEV) Le Marion Dufresne et son hélicoptère (source : IPEV)

Mon rôle premier lors de cette 68ème mission sur Amsterdam est d’administrer le parc informatique de la base. Je suis aussi chargé d’effectuer des mesures du champ magnétique terrestre ainsi que des mesures sismologiques. C’est dans ce cadre-là que j’effectuerai avant mon départ une formation d’un peu plus d’un mois à l’École et l’Observatoire des Sciences de la Terre (EOST), mais j’aurai l’occasion de vous en reparler plus en détail.